Maraîchage urbain : des sols conformes

Type de public

Tout public

  • Écoutez
  • Imprimer
  • Partager
  • Tweeter

Une étude a été menée par une entreprise spécialisée

Catégorie(s) : À la une - Actualités

Cette année 2024 verra le lancement opérationnel du projet de maraîchage urbain porté par la Ville de Colomiers, dans le cadre de son programme de Ville fertile. Les trois porteurs de projet retenus proposeront un maraîchage diversifié, sur sol vivant, avec une production principalement composée de légumes, sur un terrain du secteur du Bassac.

Afin de mener à bien ce projet, des analyses de pollution du sol et de l’eau ont été réalisées ainsi qu’une analyse agronomique sur la zone de maraîchage. L’entreprise spécialisée Socotec a été mandatée pour réaliser ces analyses, selon la norme NF X31-620. En effet, une ancienne zone de décharge, se trouvant à proximité de la parcelle de maraîchage et ayant fermé il y a plus de 30 ans, une étude approfondie du site a permis de confirmer la validité du projet.

Aucune contamination n’a été constatée

Les investigations réalisées sur les sols au droit du site ainsi que sur les eaux souterraines au droit du puits existant montrent l’absence de contamination significative des sols et des eaux. Dans ce cadre, « le site est compatible avec le projet envisagé et aucune mesure complémentaire n’est à mettre en œuvre », tel qu’écrit dans le rapport.

Le rapport de 98 pages de la société Socotec est en cliquant ici.

Dans ce cadre, la Chambre d’agriculture de la Haute-Garonne et l’ADEAR 31, qui ont également pu analyser les données du rapport d’analyse de pollution, ont émis un avis favorable à l’installation de maraîchers sur cette zone.

Une production de plein-champ

Les trois maraîchers retenus portent une attention particulière à la préservation de la ressource en eau, tant dans leurs techniques culturales que dans le choix des productions. Les projets proposent une production adaptée à la vente directe de type « panier » composé d’environ sept variétés de légumes et une production de plus grand volume de trois variétés commercialisables notamment auprès des restaurations collectives (exemple pommes de terre, courges).

La majeure partie de la production sera réalisée en plein champ. Des serres de petites tailles seront installées pour compléter la production. La Ville achètera une partie de la production, dans le cadre de la restauration municipale : le volume d’approvisionnement dépendra de la production et sera affiné de manière annuelle.

Dernière mise à jour : 15/02/2024

Retour à la liste des résultats