Zéro phyto

Depuis son ouverture en 2006, le Centre horticole de la ville produit 50 000 fleurs chaque année en utilisant zéro produit phytosanitaire (pesticides, produits chimiques). Colomiers est également passée depuis 2007 au zéro phyto pour l’entretien des espaces publics. Un enjeu pour préserver la santé, le bien-vivre et préserver la biodiversité.

Des plantes sans pesticide au centre horticole

Depuis son ouverture en 2006, le Centre horticole de Colomiers (2 500m² + ombrière à 625 m²) utilise zéro produit phytosanitaire pour sa production de massifs et plantes arbustives.

Fleurir autrement

Pour répondre aux enjeux de transition écologique, face aux restrictions en eau et à la sécheresse, la Ville poursuit son évolution dans sa politique de fleurissement. Au-delà de la gestion centralisée de l'arrosage, les aménagements paysagers sont repensés et les massifs remplacés par des plantes robustes et peu gourmandes en eau, constitué de vivaces, de plantes à bulbes et d'arbustes à fleurs.

Auxiliaires et insectes

Les services municipaux utilisent pour cela des auxiliaires, insectes qui permettent de réguler naturellement la présence de nuisibles (les plus connus d’entre eux ont les larves de coccinelle). Cette « protection biologique intégrée » se traduit par un ensemble d’actions : les lâchers d’auxiliaires, l’installation de panneaux chromatiques englués jaunes et bleus pour permettre la capture d’insectes volants (ce qui permet d’identifier et de comptabiliser le type de ravageurs présents), de la prophylaxie (prévention des maladies) et un nettoyage de la serre (désinfection des bâches, des tablettes et des plaques de culture).

Des espaces publics zero phyto

Depuis 2017, l’usage de produits phytosanitaires (pesticides, désherbant chimiques) est interdit pour l’entretien des espaces verts, voiries et lieux publics (loi Labbé du 1er janvier 2017).
Sur ses espaces verts, la Ville de Colomiers respecte déjà la réglementation depuis plusieurs années. Le verdissement des trottoirs et la présence d’herbes ne signifie pas moins d’entretien, mais il correspond à une approche environnementale qui intègre les évolutions naturelles.

Concernant le domaine public, le service Espaces publics est constamment en recherche de procédés respectueux de l'environnement. L’introduction d’auxiliaires a aussi été expérimenté à de nombreuses reprises. Les techniques sont adaptées en fonction des sites : désherbage, effleurage, découpe de bordure, pincement, griffage des massifs… Le paillage systématique des massifs est aussi une solution utilisée pour limiter l’arrosage et les « herbes non souhaitées », créés avec du minéral type pouzzolane, du gravier ou bien de l’organique type broyat de bois (BFR). Cela constitue un procédé simple et naturel, mais aussi une plus-value esthétique à l’aménagement.

Dernière mise à jour : 30/06/2023

Etes-vous satisfait de cette page ?

à la une

restons en contact

Votre avis nous intéresse

Restons en contact et inscrivez-vous à nos newsletters.

les alertes sms

Ne manquez aucune information importante grâce à nos alertes SMS