Moustiques tigres

Le moustique tigre, vecteur du virus du chikungunya ou dengue, est présent en Haute-Garonne. Le risque de contracter la maladie est faible, mais des mesures simples peuvent contribuer à éviter sa multiplication.

Dernière mise à jour : 26/11/2018

Ce qu’il faut savoir

Un risque mesuré

Le moustique Aedes albopictus dit moustique tigre, originaire d’Asie, est bien présent à Toulouse et dans le département de la Haute-Garonne depuis 2012. Ce moustique est connu pour être un vecteur potentiel de maladies comme le chikungunya ou la dengue, appelées arboviroses ou maladies vectorielles.

Comment le moustique tigre devient-il porteur de ces maladies ?

Le moustique tigre, sain lorsqu’il se développe, se contamine en piquant une personne malade du virus du chikungunya ou de la dengue. Le moustique sain devient alors porteur de la maladie. C’est à ce stade que le moustique implanté chez nous peut transmettre le virus à une personne saine en la piquant. Néanmoins, le risque de contracter la maladie est faible.

Il n’y a pas d’épidémie de chikungunya ni de dengue en France Métropolitaine.

Un réflexe à avoir

Le voyageur qui se rend dans les zones où la maladie est présente, doit se protéger avec des produits anti-moustiques. A son retour en France, la protection doit être prolongée durant environ 15 jours.

En cliquant ici, retrouvez les recommandations de l’Agence régionale de santé

Des actions simples pour éviter la prolifération du moustique

En adoptant des mesures quotidiennes simples et individuelles, chacun peut agir contre la multiplication et la nuisance potentielle du moustique tigre. Les gîtes de reproduction sont majoritairement fabriqués par l’homme, le plus souvent en milieu urbain ou périurbain, au sein des domiciles (cours, jardins, balcons...).

La façon la plus efficace de se protéger est d’évacuer les eaux stagnantes qui constituent les gîtes larvaires. Bien que la démoustication des zones où l’insecte a été repéré soit réalisée par des opérateurs spécialisés, l’éradication du moustique n’est pas possible.

 Pour éliminer les larves de moustiques, il faut :

  • Éliminer les endroits où l’eau peut stagner : petits détritus, encombrants, pneus usagés, seaux.
  • Changer l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine, ou supprimer les soucoupes des pots de fleur, remplacer l’eau des vases par du sable humide.
  • Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées et nettoyer régulièrement gouttières, regards, caniveaux et drainages.
  • Couvrir les réservoirs d’eau avec un voile moustiquaire ou un simple tissu : bidons, citernes, bassins.
  • Couvrir les piscines hors d’usage et évacuer l’eau des bâches ou traiter l’eau : eau de Javel, galet de chlore.

Pour limiter les lieux de repos des moustiques adultes, pensez à entretenir votre jardin :

  • Débroussailler et tailler les herbes hautes et les haies.
  • Élaguer les arbres.
  • Ramasser les fruits tombés et les débris végétaux.
  • Réduire les sources d’humidité (limiter l’arrosage).

Une surveillance sanitaire renforcée en Haute-Garonne

L’ARS Occitanie, en lien avec la cellule régionale de l’Institut national de veille sanitaire (Cire), a mis en place une surveillance sanitaire renforcée des cas de dengue et de chikungunya en étroite collaboration avec les praticiens et les laboratoires. L’objectif de cette surveillance est d’identifier les cas suspects revenant de zones endémiques et d’éviter que d’autres personnes ne soient contaminées.

Cette surveillance est activée du 1er mai au 30 novembre, période durant laquelle le moustique est actif.

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

restons en contact

les newsletters

Restons en contacte et inscrivez-vous à nos newsletters.

Inscription à la newsletter
Thématiques

les alertes sms

Ne manquez aucune information importante grâce à nos alertes SMS